Recherche d'un film



Achats et commandes

DVD PAL (Rgion 2)
Choisissez votre film via notre catalogue (rserv l'usage priv).
Cliquez ici pour le consulter.

Catalogue de films

Les tarifs annoncés concernent UNIQUEMENT le réseau familial.

Merci de nous contacter pour connaître les prix appliqués pour les ASSOCIATIONS.



BATAILLE DE L'EAU NOIRE (LA)
Benjamin HENNOT
2015 75' vidéo
Les Irréductibles Couvinois de 1978 nous révèlent avec jubilation les secrets de leur lutte victorieuse contre le plus grand barrage de Belgique, qui aurait englouti leur vallée. La Bataille de lEau Noire raconte la lutte victorieuse des habitants dune petite ville de Belgique contre un projet de barrage insensé en 1978. Un récit choral qui nous communique lintensité dun mouvement populaire exemplaire. Un fragment de l'Histoire de la société civile, raconté par ceux et celles qui l'ont faite. En janvier 1978, le Ministre des Travaux publics annonce la construction d'un barrage de septante mètres de haut aux portes de la petite ville de Couvin. Les habitants s'organisent et en neuf mois, ils forcent le Ministre à remballer son projet qui aurait été le fleuron des Travaux Inutiles. A la question "Peut-on vaincre un projet gouvernemental pharaonique ?", les anti-barragistes couvinois ont répondu avec une créativité sans exclusive et une détermination inébranlable. Ils ont perpétré des chahuts et des chaulages, des sabotages et des saccages, des occupations et des visites, des campements sauvages et des corsos fleuris. Ils ont converti des billets de banque en vecteurs de propagande. Ils ont lancé la première radio libre de Belgique, dont les fugaces émissions étaient traquées (sans succès) par la gendarmerie. En cette tumultueuse année 1978, ces "Irréductibles Couvinois" étaient alors fermier, ouvrier en poêlerie, pompier, instituteur, professeur, assureur, naturaliste, jeune "lascar" ou étudiant en droit. Ensemble, et par-delà les convictions religieuses, politiques, idéologiques, par-delà les catégories sociales et culturelles, ils se sont unis et ont remporté une victoire fulgurante contre un projet de barrage inutile, qui aurait englouti la superbe vallée de l'Eau Noire et menacé leur cadre de vie. Neuf mois d'une lutte inventive, humoristique et furieusement déterminée. "C'était dur" confient-ils unanimement, mais pour ajouter aussitôt que ce fut aussi la période la plus intense de leur vie. Sabotage et destruction de chantier, caravanes motorisées et corso fleuris, assemblées générales et conspiration diffuse, épandage offensif de fumier, détournement de billets de banque, envahissements d'administrations et de propriétés d'ingénieurs, menaces de dynamitage, etc. Le tout dans la joie et la plus noire des humeurs. Fermiers, pompiers, avocats, enseignants, ouvriers, assureurs, étudiants, mères au foyer : guérilla d'habitants. Pas méchants, mais pas non-violents. La Bataille de l'Eau Noire est un récit choral tissé avec les fils multicolores déroulés par les anti-barragistes de 78. Patchwork tonifiant, maillage indéchirable entrelaçant toutes les sensibilités. Tantôt espiègles, tantôt hargneux, tantôt bon enfant, tantôt chien méchant, les irréductibles étaient, indéniablement, fiers (du latin ferus, "sauvage"). Tantôt coup d'éclat, tantôt coups sournois, toujours narquois : les Irréductibles Couvinois.



BATEAU DU PERE (LE)
Clémence HEBERT
2009 75' Beta digit
Quand Clémence Hébert retourne à Cherbourg, sa ville natale, cest pour filmer ce qui subsiste de son père, mort dalcoolisme dans lincendie de son appartement. Quelques photos, des lettres, des vidéos familiales. En confrontant ces archives aux portraits de ses proches, elle met en scène la rencontre entre le passé et le présent et tente de renouer avec ce quelle a fui. La caméra passe de main en main, des parents aux enfants, des vivants aux morts Le film de famille se complète et lhistoire dune lignée se révèle. Cherbourg est une ville portuaire et les hommes de cette famille des marins pêcheurs. Le bateau du père est un film sur le deuil du père, de l'enfance et du paradis perdu.



COMME UNE ENVIE DE MOUSTACHE
Mathias  DESMARRES
2013 53' vidéo
Qu'elles s'arborent fièrement ou qu'elles s'affichent timidement les moustaches nous parlent. En s'invitant auprès de ceux qui les étudient, les aiment ou les portent, le film explore un univers intime et plus complexe qu'il n'y paraît.



D'ARBRES ET DE CHARBON
Bénédicte LIENARD
2012 58' Beta digit
De génération en génération, ma famille a pris soin dun petit bosquet au Borinage planté sur une ancienne fosse de charbonnage désaffectée. A lannonce de la maladie incurable de mon père, pour mieux comprendre ce qui me relie à son histoire, je cherche des images. Multipliant les supports, traduisant des impressions, je remonte aux origines de la famille librement. Je voyage dans mes souvenirs plus intimes qui me relient et parfois méloignent de ces arbres plantés sur cette terre de charbon.



DE LOLA À LAÏLA
Milena BOCHET
2015 54' Beta digit
De Lola à Laila prend pour tremplin le récit personnel de la mère de la réalisatrice,durant les années daprès guerre en Espagne,pour parler peu à peu démancipation, de lutte, de mouvement, de grains, de cinéma.Dune génération à lautre, du passé au présent, dune mère à sa fille, le film avance aux rythme des vagues et au son dune pellicule super8, pour faire éclater la vie.



EVELYNE AXELL, LA VENUS AUX PLASTIQUES
Françoise LEVIE
2013 73' Beta digit
Evelyne Axell (1935-1972) est une artiste belge dont luvre est aujourdhui reconnue internationalement après trente ans doubli. Elle fut une des rares élèves de Magritte. Une femme dont la vie, la beauté et lexpression furent inextricablement liées. Féministe, provocatrice, profondément libre. Cest la première femme dans lhistoire de lart qui se peint nue, qui montre son désir sur la toile. Apparentée au mouvement Pop Art, elle abandonne très vite la peinture à lhuile pour les matériaux de son époque : plexiglas, formica, perspex opalin, fourrure synthétique, émail pour voiture. Sa mort brutale en 1972 interrompt une carrière brève mais intense de 7 ans. Le film retrace sa vie de comédienne puis de peintre à laide dimages darchives rares tout en sappuyant sur les témoignages de ceux qui la connurent : son mari, Jean Antoine, son amie denfance Claudine Laroche, lécrivain Marcel Moreau, le peintre Lionel Vinche, le biographe Philippe-Edgar Detry. Et dominant le film une uvre forte doù la prémonition nest pas étrangère.



GENS DU FLEUVE (LES)
Xavier ISTASSE
2013 52' Beta digit
Un fleuve, majestueux : La Meuse Magnifique thème qui a inspiré nombre de poètes, dartistes La Meuse qui, par ses attraits, a favorisé activités touristiques, sportives, culturelles et artistiques. Autour de la Meuse : des hommes et des femmes qui sont en contact direct avec elle, par leur métier ou leur lieu dhabitation. Le film va à leur rencontre ils évoquent lhistoire et le présent du fleuve. Ce film, notamment à travers de nombreux documents darchives, nous parle de la Meuse belge (plus particulièrement la Haute Meuse), de ses interactions avec ses riverains. Un documentaire contemplatif qui évoquera cette étrange fascination quexerce un fleuve sur les hommes



HIRONDELLES DE L'AMOUR (LES )
Jawad RHALIB
2016 80' Beta digit
Karin Trappel à en mémoire une insulte lancée par un voisin ou un camarade décole. Poupée bougnoule, rentre dans ton pays, sale Marocaine Les soldats marocains de larmée française qui ont occupé le Vorarlberg, le Land le plus occidental de l'Autriche, pendant lété 1945, ont engendré, sans le savoir, des centaines denfants. Contrairement aux autres Kriegskinder (enfants de la guerre), ces enfants, 200 à 300, avaient le teint trop brun ou les cheveux trop frisés pour passer inaperçus. Dans une Autriche encore marquée par la propagande Nazie et dans le Vorarlberg, une région rurale et très catholique, il nen fallait pas plus pour être rejeté par la société. Avoir un enfant hors mariage et plus est avec un marocain, a valu à ces mères autrichiennes injures et humiliations, au point que beaucoup dentre elles se sont suicidé, dautres ont refusé, jusquà la fin de leur vie, de parler de ce fameux été 1945. Lété des Marocains, lété des HIRONDELLES DE LAMOUR. Aujourd'hui, Karin Trappel a entreprit de se réconcilier avec ses racines paternelles.



HISTOIRE D'OMBRE (UNE )
Olivier SMOLDERS
2013 / 16 mm
Le 7 février 1944, jour du vernissage dune importante exposition de ses uvres, le jeune photographe hongrois Oskar Benedek, disparait. Plus de soixante ans plus tard, une enquête révèle son étrange destin.



K O R
Joanna Grudzinska
2009 55' Beta digit
Varsovie, Pologne, fin des années 70. La révolte ouvrière réprimée violemment par le pouvoir mobilise un groupe de personnes qui créent le KOR, Comité de Défense des Ouvriers. Héritier des courants de l'opposition au régime communiste depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, parrainé par des figures dressées contre les injustices sociales depuis les années 20, le KOR compte des personnes investies aux méthodes simples et efficaces, une éthique singulière, la volonté de briser le monopole de l'information de l'état, de mettre en place une organisation autonome des ouvriers. L'action du KOR aboutit en 1980 à la naissance de Solidarnosc, premier syndicat indépendant du pays. Trois de ses acteurs reviennent aux gestes et aux mots du KOR, ils nous racontent l'histoire d'une des fins du Communisme en Europe.



MANNEKEN SWING
David  DEROY & Julien BECHARA
2015 52' Beta digit
Avant-guerre, le jazz en Belgique est à son apogée et nos orchestres portent haut les couleurs de cette musique sur le continent européen. Cette fécondité artistique sans précédent voit naître le grand orchestre de jazz de la radio belge sous la direction de Stan Brenders, connu internationalement grâce à la radiodiffusion, aux enregistrements dépoque et à la profusion de boîtes de jazz à Bruxelles. Alors comment cette musique, simple moyen dexpression de modernité, de danse et dinsouciance est- elle devenue un vecteur de propagande sous loccupant ? Cette ambivalence dramatique fera chuter notre héros..ou Quand la baguette dun chef dorchestre se retourne contre lui ?



MEURTRE à KINSHASA. Qui a tué Laurent Désiré Kabila ?
Marlène RABAUD & Arnaud ZAJTMAN
2011 52' Beta digit
Un documentaire dinvestigation de 52 minutes de Marlène Rabaud et Arnaud Zajtman En ce début d'après-midi du 16 janvier 2001, Laurent-Désiré Kabila est assassiné dans son bureau présidentiel par un enfant-soldat devenu son garde du corps. Nous sommes au Congo (ex-Zaïre), où Kabila avait été porté au pouvoir quatre 4 ans plus tôt grâce à son armée denfants-soldats, mettant fin au régime dictatorial de Mobutu. Quelques instants plus tard, lassassin de Kabila est lui-même tué alors quil tente de fuir le lieu du crime. Dans ses affaires, on trouvera une missive signée de l'attachée militaire de l'ambassade américaine de l'époque : "en cas de problème, contactez ce numéro". Bien dautres pistes viendront entourer dun brouillard épais cet assassinat toujours pas élucidé à ce jour. Ainsi, le soir même du meurtre, onze ressortissants libanais liés au milieu du diamant sont enlevés dans la capitale congolaise et exécutés. Le film constitue une enquête très fouillée autour des acteurs clefs - dont lactuel Président du Congo, Joseph Kabila, fils de la victime - et de nombreux témoins de cette énigme. Elle est menée à travers le gigantesque Congo, et sélance jusqu'au cercle arctique, en Suède, où les réalisateurs retrouvent le complice présumé de l'assassin. La justice congolaise, elle, faute d'avoir réussi à arrêter les coupables, condamnera plus d'une centaine de prévenus, militaires et civils, innocents pour la plupart, dont 50 croupissent toujours en prison. L'injustice de ce procès hallucinant constitue dailleurs le point de départ du film : en faisant passer une caméra cachée à l'un des condamnés dans la terrible prison de Makala, de bouleversants témoignages permettent un démarrage saisissant de lenquête. Les interviews sont complétées par des images d'archives inédites de la guerre au Congo - que Kabila a mené contre son ancien allié, le Rwanda - et du procès militaire au cours duquel les ubuesques condamnations ont été prononcées. Le film nous offre une plongée époustouflante dans une région de lAfrique qui est au cur de combats sans merci pour le contrôle dimmenses ressources naturelles. Combats qui conduisent à des violences inouïes parmi ceux qui tentent den monopoliser lexploitation.



MONSIEUR ETRIMO
David  DEROY & Matthieu  FRANCES
2013 56' vidéo
Avant la chute de sa société Etrimo, Jean-Florian Collin était le plus grand entrepreneur du bâtiment en Europe. Il est considéré comme l'un des pères de l'envie belge de l'immobilier. C'est l'histoire peu commune de Citizen Kane de la Belgique, qui a commencé à partir de rien et est devenu un des hommes les plus riches d'Europe.



ON EST LOIN D'AVOIR FINI !
Véronique JADIN
2014 52' vidéo
Une comédienne qui a largement passé lâge de la retraite. Une réalisatrice débutante. Une caméra. Qui met lautre en boîte ? Un road-movie à petits pas, de Bruxelles à Anvers en passant par Paris et la Normandie. Un film de Véronique Jadin sur Tsilla Chelton, avec Claude Chabrol et Thierry Lhermitte.



QUATRIEME MUR (LE)
Marie-Françoise PLISSART
2013 / vidéo
Le Quatrième mur raconte la construction, sur le site de lEmulation, du Théâtre de Liège dont linauguration est prévue en octobre 2013. Pendant deux ans et demi, nous observons les ouvriers qui travaillent à la construction de ce théâtre et les mutations du bâtiment qui, peu à peu, prennent forme dans lespace urbain.



SUR LA PISTE DE YU BIN
Jean-Christophe YU
2015 105' vidéo
En remontant la piste de Yu Bin, mon grand père, je découvre l'histoire des étudiants chinois dans l'Europe des années 20 puis celle de la Chine au cours du 20e siècle : entre espoirs et désespoirs. Je mélange mon imaginaire d'enfant fasciné par la Chine révolutionnaire aux réalités historiques. Au fil des lettres écrites par Yu Bin à son fils, au fil de mon enquête, s'élabore une histoire à la fois personnelle et collective...



TROIS JOURNEES D'AOUT 1914
André DARTEVELLE
2014 / vidéo
Trois journées daoût 1914, les 22, 23, 24. Plus de 5000 citoyennes et citoyens belges sans armes sont massacrés par des unités régulières de larmée allemande, leurs maisons sont pillées et incendiées. 8 villes, 83 bourgs et villages belges dévastés dans ce qui a paru comme un accès de furie et de vengeance. En envahissant la Belgique le 4 août 14, les troupes du Reich déclenchaient la première guere mondiale et se heurtaient à une résistance inattendue de larmée belge. Pourquoi ces meurtres de masse des civils ?



TROIS JOURNEES D'AOUT 1914. LES MURS DE DINANT
André DARTEVELLE
2014 104' 16 mm
Sept "témoins" se souviennent des grands massacres de civils des 23, 24, 25 août 14, commises dans la ville par les troupes allemandes. Ils sont les descendants des familles victimes, ils racontent leur histoire familiale broyée par la tragédie, un héritage qui passe de génération en génération. Leurs récits révèlent les traces profondes que ces crimes contre l'humanité ont laissées, d'autant plus vives qu'aucune justice n'a sanctionné les coupables. Longtemps, la légende des francs-tireurs belges a servi de justification aux autorités et aux historiens allemands. A Dinant, une délégation officielle allemande a reconnu les faits en 2001 et demandé le pardon, mettant un terme au ressentiment, mais la mémoire douloureuse persiste.



TROIS JOURNEES D'AOUT 1914. VILLAGES CONTRE L'OUBLI.
André DARTEVELLE
2014 95' Beta digit
Le film explore les traces vivaces des massacres allemands du mois daoût dans plusieurs villages gaumais de la province belge de Luxembourg. Le souvenir des tueries et des incendies hante encore la population de deux villages, Ethe et Latour. Chaque année, elle assiste aux cérémonies où cent ans après, l'impunité des tueurs, le refus de reconnaître les faits sont publiquement dénoncés par leur curé dans ses homélies. Des rebondissements se produisent à lapproche du centenaire daoût 1914, le ton monte...



VICTOR
Cécile Verstraeten & Alice  Verstraeten
2009 49' DV Cam
En Argentine, entre 1976 et 1983, la dictature militaire fait "disparaître" environ 30,000 personnes. Victor Basterra est l'un des rares survivants du plus grand camp clandestin de détention du régime: l'ESMA. Après six mois de torture, il accepte de faire de faux documents pour ses tortionnaires. Il doit prendre des photos d'identité. Pendant les trois années que dure encore sa détention, il parvient à cacher un grand nombre de photos. Depuis le retour de la démocratie, celles-ci constituent des preuves majeures contre les militaires et leurs complices. Victor devient un témoin clé. Aujourd'hui, il revient sur sa détention, sur son travail de mémoire et sur sa résistance.


Copyright wip 2008 | Wallonie Image Production | info@wip.be