Habillage
59'56 
Beta digit 
2016 

CHARLEROYAL, LE K. SYMKOWICZ

Prix unitaire : 17 € (TTC)

Total : 0 € (TTC)

Autres thématiques de ce film
Portrait
Poésie
Peinture
Passion
Europe
Artiste


Films du même auteur

Bernard GILLAIN


Picture


« Charleroyal, Charles des ténèbres, Charleston… ».
C’est ainsi que Léo Ferré surnommait son ami Charles Szymkowicz dans les correspondances qu’il entretenait avec lui : « Emigré de naissance puisque né en Belgique de parents polonais, Charles Szymkowicz a tout ce qu’il faut pour être un émigré, … Il voit noir. Lui est d’un noir plutôt tirant vers le roussi et c’est ce qui fait notre entente et déjà, aujourd’hui, notre amitié… » (Leo Ferré – 1 septembre 1974)

Ferré et Szymkowicz, deux artistes de la démesure.
Du volcan « Szymkowicz » jaillit une coulée de lave de couleurs qui dégouline des toiles parfois gigantesques de ce peintre hors normes, des toiles tellement grandes qu’elles font parfois penser à des voiles de caravelles. Ses coups de pinceaux sont tantôt tendres tantôt rageurs. Les personnages qu’il représente interpellent.


Charleroi est son cocon d’enfance et de vie d’artiste.
La Pologne est son histoire et celle de ses parents juifs polonais fuyant l’antisémitisme des années 30.
L’Italie toscane est le territoire de son amitié profonde avec Ferré.

C’est sur ces trois territoires que nous avons voyagé pour rendre compte des dimensions créatrices, picturales, littéraires et humaines de cet artiste arrimé à son atelier de Gerpinnes.

Le film est une plongée permanente dans l’univers fantastique d’un peintre et dans la réalité quotidienne d’un homme qui ne cesse de faire des brasses dans les couleurs pour ne pas couler. C’est une succession de tableaux au sens propre et figuré. Il est fait de rencontres et de voyages dans le quotidien et l’histoire passée et présente de l’artiste.

Des textes de Léo Ferré écrits pour son ami et lus par Michel Bouquet s’invitent d’eux-mêmes de par la création d’un portrait de Ferré. Ce portrait, en gestation, la caméra l’observe jusqu’à son aboutissement final : « ...Je lui demande de penser maintenant à l’Italie, aux couleurs du bleu passé de la Toscane.Je lui demande de peindre jaune, et puis mauve et puis mandarine et puis soleil. Quitte un moment le noir, Charles et pars tout seul, toujours, sacré voyageur de Charleroi, sacré « Charleroyal ». (Léo Ferré 1er septembre 1974)

La création d’un autoportrait est l’occasion pour le peintre de se raconter en soliloquant dans son atelier. Ce qui l’a à nous dire à propos de l’art, sur sa vie d’artiste et sur la vie du monde, comme il va, n’est jamais banal.

Enfin musiques et chansons de Léo Ferré s’invitent d’elles-mêmes comme si elles enluminaient les toiles de « Charleroyal ». Deux univers qui s’entremêlent dans un magma de matières musicales, poétiques et picturales.

Le film est en fin de compte une sorte d’autoportrait à la manière des peintres.

Fiche technique

Réalisation /Directing Bernard Gillain

Scénario /Screenplay Bernard Gillain

Image /Photography
Jean Claude Taburiaux Bernard Gillain

Son /Sound
Montage image / Film editing Jean Michel Frère

Montage son/ Sound editing David Gillain

Mixage/ Mixing David Gillain

Musique/Music Léo Ferré

Voix/ Voice Michel Bouquet


Production : FDP Production

Coproduction : WIP-RTBF

Liste des diffusions


/

Copyright wip 2008 | Wallonie Image Production | info@wip.be